Labo – Jaynie Stephenson

Labo – Genevieve Carr

Labo – Uta Gruënert

Dr. Antonella Cattaneo

Le rôle de la photo

La photographie a joué un rôle important dans ma vie.

J’ai un souvenir quand j’avais environ 5 ans. J’ai rencontré un couple de photographes professionnels, Pierre et Georgette Laporte,  amis de mes parents. Ils nous ont laissé une poignée de photos noir et blanc. Superbes photos ont été affichées  à la maison familiale pendant plusieurs décades.

Mes parents, surtout ma mère, ont adopté tôt les diapositives (vers 1950) et commencé à collectionner leur meilleures. Des projections au salon étaient des évènements plusieurs fois par année quand j’avais entre 5 et 15 ans. La projection, pour les enfants ou les invités de mes parents, pouvait durer 1 heure ou deux avec les diapositives. Elles servaient à raconter notre histoire familiale. Les enfants, on posait des questions et les parents nous racontaient. Plusieurs ont été racontées des dizaines de fois. Peu de télé (interdiction de dépasser 30 minutes par jour) et pas de Web à cette époque. Mon départ de la maison a eu lieu quand j’avais 19 ans.

Je n’étais pas actif en photo avant ma maîtrise à Saint-Hippolyte. Mon ami étudiant, Claude Lefrançois,  m’a appris à faire des développements et impressions de films noir et blanc. Mais c’est resté très limité. Je me sentais frustré par mes nombreuses erreurs en activant caméra, lentille, salle de développement, solutions de composés chimiques, impression… Mes revenus limités me forçaient à étirer mes films et souvent le film de 36 photos durait plusieurs semaines. Je retenais peu d’un mois à l’autre, je ne prenais pas assez de notes. Bref, prendre la photo était stimulant, mais le résultat frustrant.

À la naissance de mon dernier enfant, j’avais 40 ans et la photographie a explosé dans ma vie. J’ai obtenu ma première caméra numérique (Kodak DC4800, 1.2 million de  pixels) en l’an 2000. Durant la période de 18 ans qui  a mené mon dernier enfant à devenir adulte, j’ai obtenu 17 caméras numériques différentes.  Je ne sais pas exactement combien de photos j’ai prises durant cette période. Mais probablement autour de 200,000 à environ 10,000 par année en moyenne.

J’ai conservé sur disque dur 105,000 photos pour cette période 2000-2018. Mon fils et ses deux grandes sœurs ont été remarquablement patients avec moi. Mais les deux tiers de mes photos ont été prises avec d’autres enfants de la garderie, du voisinage, des équipes de soccer, basketball, volleyball, des anniversaires d’enfants voisins, des classes du primaire, des albums de graduation, d’une demi-douzaine de mariages. Les sous ramassés en échange de photos numériques ou imprimées ont couvert mes achats de matériel photo.

En y passant environ un mois, j’ai identifié environ 1% de ces photos comme vraiment réussies de portraits de ma famille et de mes collègues comme professeurs en biologie à l’Université d’Ottawa. Mes autres photos réussies sont des portraits d’enfants qu’Alexis fréquentait ou des gens qui m’ont engagé comme photographe indépendant.